Jimmy Durham, Labyrinthe, Fondation Adolfo Pini, Milan

Archives 1er semestre 2018

Jimmy Durham, Labyrinthe
Fondation Adolfo Pini, Milan (Italie)
10.04 - 29.06.2018

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

Du 10 avril au 29 juin 2018, lors de la Milan Art Week et de miart fair, la Fondazione Adolfo Pini a le plaisir de présenter Labyrinthe de Jimmie Durham (États-Unis, 1940), un projet spécifique de l'artiste organisé par Gabi Scardi.































 


















































English








Exposition du 10 avril au 29 juin 2018. Fondazione Adolfo Pini, Corso Garibaldi 2 – 20121 Milano (Italie). Visite sur rendez-vous au 02 87 45 02.




 







 











 





 



























 





 











Depuis les années 1960, le travail de Jimmie Durham met en lumière le système de conventions dans lequel nous vivons, en relation avec nos idées, nos comportements, notre histoire et ses interprétations. Interroger ces conventions, c'est s'ouvrir au doute, mettre en évidence la nature plurielle de la réalité, permettant de faire émerger une multiplicité de visions possibles.

Beaucoup de ses œuvres consistent en des combinaisons de matériaux naturels ou industriels, greffés les uns sur les autres. De tels objets échappent habituellement à notre attention ou sont trop en deçà de nos valeurs pour être pris en compte; en conséquence, ces oeuvres établissent des énoncés sur la nature des choses et leur valeur. Certaines installations de Durham sont fabriquées à partir d'objets trouvés ou créés: ces objets brassent la vie quotidienne, racontent des histoires et nous disent qui nous sommes. En effet, son activité repose sur sa volonté de redonner aux objets la possibilité de montrer leur propre essence, de  déconstruire toutes les superstructures qui les entourent, et ainsi de démanteler les concepts fondamentaux de la culture de consommation.

Labyrinth
met aussi l'accent sur le thème de l'architecture, un élément qui a toujours été au cœur du travail de Durham. Au fil des années, l’artiste a voulu saper l'affirmation de l'architecture, sa monumentalité. L'objet de sa critique est le sens de la stabilité qui rend un individu certain et péremptoire, l'éloignant du doute en bridant sa pensée critique.

Pour la Fondazione Adolfo Pini, l'artiste a créé un nouveau projet in situ, travaillant sur l'espace existant et sa structure. En particulier, Durham fait ressortir ce qui est normalement «à l'intérieur» du corps d'un objet architectural, dévoilant ses matériaux, révélant ce qui se cache sous son enduit: les «viscères», «entrailles», ce qui a été rejeté. Par extension, l'artiste aborde la question de ce qui est donné comme espace et ce qui est caché, ce qui est dit et ce qui est omis. Le projet associe une vidéo de 1994, L'homme qui avait une belle maison, liée à une idée de vie qui vient avant et traverse les murs d'un bâtiment.

Dans l'espace raffiné et chargé d'histoire de la Fondation, à travers le thème de l'architecture, l'artiste affronte une fois de plus les idées de constructions sociales et culturelles et les structures, conventions et catégories qui en découlent.


Jimmie Durham (né en 1940, États-Unis) est un intellectuel, essayiste et poète, ainsi qu'un artiste visuel et l'un des artistes principaux de notre temps.















Miguel Chevalier, Ubiquité, The Mayor Gallery, Londres

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés

Jimmie Durham & Maria Thereza Alves, The Man Who Had a Beautiful House (still), 1994.

Video. Courtesy of the artist.



Jimmie Durham & Maria Thereza Alves, The Man Who Had a Beautiful House (still), 1994.