ArtCatalyse Expositions internationales Expositions en cours et à venir Archives 2011 Jimmie Durham / Pascale Marthine Tayou, MACRO, Rome

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Jimmie Durham / Pascale Marthine Tayou
MACRO, Rome (Italie)

29.11.2012 - 10.02.2013


Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse E-Flux


Le MACRO - Musée d’art contemporain de Rome - présente deux grandes expositions, l’une consacrée à l’artiste américain Jimmie Durham et intitulée Streets of Rome and Other Stories (Rues de Rome et autres récits), l’autre dédiée à Pascale Marthine Tayou, sous le titre Secret Garden (Jardin secret). Leur commissariat est assuré par Bartolomeo Pietromarchi.

Streets of Rome and Other Stories (Rues de Rome et autres récits) est la première exposition monographique dans un musée public italien consacrée à Jimmie Durham. Elle honore la longue carrière d’un des artistes les plus reconnus et appréciés dans le monde, caractérisé par son engagement critique et politique.

L’exposition présente des installations, des dessins et des vidéos, accueillant les œuvres les plus significatives de l’artiste de la dernière décennie. Elle cherche également à offrir au public un nouvel aperçu transversal de son univers formel, poétique et critique, où les matériaux et les objets se réattribuent une forme primitive et pré-verbale, devenant les symboles d’une nouvelle cosmogonie à la frontière entre nature, technologie et civilisation.

Partant d’un retour sur la relation spéciale et étroite de l’artiste avec la ville de Rome, où il a vécu pendant 5 ans, de 2007 à 2012, et le rôle important de la capitale dans ses productions récentes, le titre de l’exposition est emprunté à l’oeuvre La strada di Roma, présentée en 2011 au MACRO Testaccio. Les œuvres les plus importantes créées par l’artiste ces dernières années sont également présentées, comme : Templum: Il sacro, il profano ed altro (2007), Spring Fever (2010), Underground and Cloud Connections (2012).

L’artiste a également réalisé spécifiquement pour l’exposition un travail monumental qui lui permet de créer un dialogue avec certaines de ses œuvres les plus récentes, illustrant sa volonté de travailler avec des matériaux découverts dans la région, comme le marbre de Carrare et divers types de bois.

Une série d’installations qui documentent son intérêt pour l’histoire de l’art et l’iconographie complète l’exposition, avec Déposition (2006), Hommage à Constantin Brancusi (2011), Arc de triomphe (rouge) (2007) et Joe Hill Painting (2002).

Exposition du 29 novembre 2012 au 10 février 2013. MACRO Musée d’art contemporain, Via Nizza 138 - Rome (Italie). Ouverture du mardi au dimanche de 11h à 19h, le dimanche de 11h à 22h.

A gauche: Jimmie Durham, Where a Heavy Stone Fell on Red and Black Pastel, 1998. Stone thrown on pastel, paper, dry pastels. Courtesy the artist.

A droite: Pascale Marthine Tayou, The Magic Calabash, 2012. Pumpkins, mixed media, variable dimensions. Courtesy GALLERIA CONTINUA, San Gimignano / Beijing / Le Moulin.


Pour son exposition personnelle au MACRO, Pascale Marthine Tayou, l’un des personnages les plus importants de la scène artistique contemporaine internationale, travaille in situ et en liaison étroite avec les espaces dédiés à la magie de l’espace, aux lumières suggestives et aux formes architecturales du musée, profitant de la hauteur et de l’extension unique de la Sala Enel. Il a réalisé l’installation La Calebasse magique avec une énorme quantité de citrouilles suspendues, et Diamand Noir, une installation dans laquelle des structures de fer en forme de diamant sont accrochées à un nouvel élément conçu spécialement pour le musée. Complétant l’exposition, sont présentées des œuvres réalisées pour le Musée d’Aquitaine à Bordeaux, comme la série des Poupées Pascale habillées de chocolat, Sauveteur Vendor et Masques, réalisés en cristal et matériaux divers. L’ensemble des œuvres évoque une plateforme de la conception occidentale de l’exotisme africain qui est pleine d’énergie et de vitalité, mais également complexe et contradictoire.

Le travail de l’artiste, et son nom écrit dans une forme féminine, sont délibérément hétérogènes et indéfinissables, inclassables dans les domaines artistiques prédéterminés. La définition de la démarche poétique de Tayou, complexe à interpréter. oscille entre l’histoire excentrique et colorée de la vie quotidienne et la nécessité de mélanger les caractères humains et les géographies, cultures et situations.

Archives 2ème semestre 2012